HO’OPONOPONO de la Peur –

S’aimer – c’est aussi accueillir ses peurs

Lorsqu’une pensée nous traverse et nous nous identifions à celle-ci, nous ressentons des émotions de peur ou d’amour dans notre corps. Notre biochimie se met en marche, des hormones se déclenchent et informent différentes parties de nos corps pour que celles-ci réagissent à leur tour.

Bien évidement, nous souhaitons tous ressentir des expressions d’amour plutôt que de devoir gérer des expressions de peurs pour ne sentir que du bien-être .

En réalité, il n’y a que deux sortes d’émotions. La première se range au rang des sentiments et il s’agit d’expressions d’Amour, tels que compassion, paix, harmonie, joie de vivre, vérité, abondance, sécurité…si ce n’est pas l’Amour inconditionnel lui-même ; la seconde est entièrement consacrée aux expressions de peur, qui s’expriment par la tristesse, la jalousie, l’envie, l’angoisse, la colère, la rage, la rancune, etc…. Nous les ressentons d’ailleurs à des endroits différents dans notre corps. Dans un cas, cela nous donne un sentiment d’immense liberté, et dans l’autre, nous nous sentons compressés et enfermés.

Mais n’oublions pas : sans savoir ce qu’est la tristesse, comment savoir ce qu’est la joie ! Par conséquent, la tristesse, ainsi que toute autre expression de peur a quelque chose à nous dire. Mieux encore, ce sont nos peurs qui nous aident à bien nous connaître, à comprendre notre fonctionnement dans les situations qui se présentent dans notre vie et à vouloir évoluer .

Le HO’OPONOPONO de la peur est une façon de rendre grâce à la peur !

Alors, lorsque nous sommes face à une peur, accueillons la. Elle nous rendra grâce à son tour pour l’avoir acceptée. Et peut-être entendons-nous son message qui nous libérera d’elle.

Lorsqu’une peur surgit, dites :

 « Je te reconnais » (non seulement dans le sens de « je te vois », mais aussi dans celui qui signifie  « je t’offre ma reconnaissance » et « je reconnais ta valeur »)

« Je t’accueille » (avec amour, douceur et tendresse. « Viens dans mes bras, tu ne crains rien »)«

 » Je t’accepte » (telle quelle, « tu n’as pas besoin de te déguiser », « tu fais pour l’instant partie de moi »)

 » Je te rends grâce » (« Merci, Merci, Merci d’exister »)